Prochaine course




Porsche Rouen Caen
fond blanc
KODAK IMAGES
fond blanc2
Michelin
fond blanc3
Motul
fond blanc4
BRM
Flat 6
France Bleu HN
fond blanc5
Carrera Cup

Un 5e Podium au mérite !

07/07/15 - CHAMPIONNAT DE FRANCE GT 2015, Compte rendu du Val de Vienne

Seul équipage a avoir scoré à chaque course depuis le début de la saison, le trio d'IMSA Performance Matmut pointe à 6 unités du leader au Championnat de France. Un leader qu'il a fait vaciller en prenant provisoirement la tête au classement samedi après être monté pour la 5e fois de la saison sur le podium ! Voilà qui promet une seconde moitié de Championnat de toute beauté d'autant que les troisièmes au classement provisoire pointent à 24 points.

Course 1. Samedi 4 juillet 2015. Charge héroïque vers le podium.
 
Avec une belle qualification en 2ème ligne obtenue par Olivier Pernaut et Raymond Narac (4e temps), l’équipe IMSA Perfomance Matmut se place en candidat sérieux pour le podium ! Un objectif atteint malgré une péripétie…
 
Au feu vert, Olivier Pernaut s’élance parfaitement, résiste portière contre portière à Eric Cayrolle avant de s’imposer définitivement pour partir à l’assaut de l’Audi de David Hallyday.
Las ! Au bien nommé virage « Trop tard », le pilote de la Porsche #1 bloque ses roues au freinage et part au large dans le bac à gravier. « Ce blocage, je ne me l’explique pas. Très surprenant surtout avec l'ABS. Nous allons essayer de comprendre… J’ai vu tout le peloton me passer devant avant de m’extraire du piège. Il ne me restait qu’une seule chose à faire : remonter ! » confie Olivier à l’issue de son relais.
 
Bon dernier (17e) et à plus de 20” du leader, le natif d’Amiens repart le couteau entre les dents ! Le meilleur tour en course signé dans le 3e passage n’est qu’une étape de cette remontée « supersonique ».
Incisif, Olivier pointe à la 12e position après seulement dix minutes de course puis enfonce le clou en bouclant un tour en 1’36”185, chrono qui restera hors de portée de la concurrence pendant tout son relais. L’intervention du safety car à la fin du premier quart d’heure permet à la Porsche #1 de recoller encore plus vite aux échappements de l’Audi #24.
Au restart, Olivier Pernaut bondit et prend le meilleur sur son vis-à-vis puis double, coup sur coup, deux autres concurrents pour s’attaquer à la Ferrari de Pascal Gibon. Ce sera finalement de la 7e position qu’il rejoindra le stand pour passer le relais à Raymond Narac.
 
Un arrêt qui semble ne pas en finir : en plus de la durée d’immobilisation imposée à tout le peloton, celui d’IMSA Performance Matmut est allongé de 20 longues secondes, un handicap temps consécutif à la victoire de Spa.
C’est en 13e position que le pilote rouennais reprend la marche en avant du team. 11e après seulement deux boucles, signant à son tour le meilleur temps en 1’35”215, le « boss » profite des faits de course et d’une nouvelle sortie de la voiture de sécurité pour grimper en 6e position.
Jamais avare en matière d’attaque, Raymond saute un rang au restart, se dédouble de Beaubelique puis se défait dans le même tour de l’Audi de Christian Bottemanne pour le gain de la 3e place ! Alors qu’il tourne plus vite que le leader, il rentre au stand pour passer le relais. « J’ai été agressif tout le temps pour remonter » confirme Raymond Narac à sa descente de voiture.
 
Charge à Sébastien Dumez de conclure cette première course poitevine en reprenant la piste en 2e position. Plus rapide que la Porsche de tête de Benjamin Lariche, Sébastien tente de passer à plusieurs reprises sans succès.
Au risque de dégrader trop les pneus, le pilote du team Champion en titre va lâcher l’affaire pour répliquer à Moulin-Traffort blottit dans ses échappements. Le champion GT 2013 tentera tout pendant les dix derniers tours de course sans jamais trouver l’ouverture sur la Porsche Matmut. 

A cet instant de course, Sébastien contient six voitures qui se suivent en moins de 2” dans ce final époustouflant ! « La voiture était difficile à conduire sur la fin. J’ai usé de toute mon expérience pour maintenir les collègues derrières moi » dira Sébastien après l’arrivée. 
Sa résistance héroïque va lui permettre de conserver une 2e place gagnée de haute lutte. Imsa Performance Matmut prend ainsi provisoirement la tête du championnat pour un point.

Course 2. Dimanche 7 juin 2015. Cruelle petite seconde...
 
C'est depuis la 5e ligne que Sébastien Dumez prend le départ de la course dominicale. Une position sur la grille qui semble assez éloignée, mais qui n’inquiète pas le team IMSA Performance Matmut dont les remontées à grande vitesse et les stratégies décalées sont la marque de fabrique…
 
Après un bon départ, Sébastien Dumez profite de l’accrochage entre Soheil Ayari et Enzo Guibbert pour remonter de deux rangs. Compté 8e, le bordelais d’adoption se rapproche de l’Audi de Lonni Martins sans trouver l’ouverture.
En bon stratège, Sébastien décide alors de préserver la voiture sous un soleil de plomb. Un peu isolé, il adopte logiquement un rythme soutenu et régulier. Une régularité exemplaire puisque Sébastien signe 15 tours en 1 minute 35 secondes dont deux boucles strictement identiques au millième près ! Un rythme qu’il conservera même en répliquant aux attaques de l’Audi de Romain Monti parvenu à le rejoindre en fin de relais.
 
Désormais aux commandes de la Porsche 911 GT3 R, Raymond Narac entre en piste en 11e position. A l’attaque comme en témoignent les généreuses glisses de la Porsche IMSA Performance aux couleurs de la Matmut, le Champion de France en titre gagne rapidement une place. Il revient "comme en avion" sur la Ferrari d’Eric Debard incapable de contenir la tornade rouennaise. Une action tranchante, conjuguée au Stop and Go de Pierre Sancinéna, permet au pilote de la #1 de pointer au 8e rang. Toujours en mode « full attack », Raymond Narac profite d’une double sortie de piste pour remonter encore dans la hiérarchie. Il est à cet instant le pilote le plus rapide en course et ne tarde pas à déposer Christophe Bourret.
Dans la foulée, le « patron » lorgne sur la place de Christian Bottemanne à qui il reprend plus de 2” au tour et dont il ne va faire qu’une bouchée. Le voilà 4e à 10 secondes du podium lorsque s’ouvre la fenêtre du troisième relais. « J’ai vraiment attaqué très fort et j’étais en pneus neufs, mais c’est difficile car le niveau est bon. » témoigne Raymond. « En plus, je cale au moment de repartir des stands donc j’étais énervé, comme d’habitude (rires). »
 
Même avec des pneus fatigués, le podium est à portée de main pour Olivier Pernaut qui entame son relais huit petites secondes derrière Eric Cayrolle, 3e. Mais bien qu’Olivier semble plus rapide d’une demi-seconde que son vis-à-vis, il devra rompre le combat et observer un Stop and Go pour un temps d’arrêt au stand trop court d’une petite seconde…
Reparti 8e avec tout espoir de podium envolé, c’est finalement 6e qu’il va passer le drapeau à damier. « J'ai eu une alarme sur le tableau de bord qui nous a fait perdre l’affichage du compte à rebours. Alors, j’ai tenté le décompte dans ma tête mais avec une précision un peu aléatoire.… » confie Olivier après course.


Avec une deuxième place et des gros points, le week-end du Val de Vienne est plus que positif pour le team. Le trio Pernaut/Narac/Dumez pointe maintenant en deuxième place du classement pilotes, avec six petits points de débours sur les leaders. Comme le confirme Félix Barré, l'ingénieur du team  « Nous étions à 17 points du leader et revenons à une poignée d'unités. Aujourd'hui nous n'avons pas été assez pointilleux sur les arrêts. C'est un peu dommage car c'est sur cette seconde course que nous avions bâti notre stratégie pneus. »

 

 

pdf twitter fb

GT Tour Val de Vienne